Comment ça marche ?

- Tous les 2 ans, l’ARDOC vous envoie une invitation pour passer gratuitement une radio des seins1 . Parlez-en à votre médecin.

- Pour prendre rendez-vous, vous devez choisir parmi les radiologues inscrits au dos de l’invitation. Ceci est possible dans tous les départements, appelez l’ARDOC pour obtenir les renseignements  nécessaires2.


- Le jour de votre rendez-vous, apportez toutes vos anciennes radios des seins et présentez votre invitation.


- Une radio de vos seins (2 clichés par sein, face et oblique) est effectuée chez le radiologue choisi. Celui-ci procède à un examen clinique (palpation de vos seins) et rédige le compte rendu.


- Si rien n’a été trouvé, le radiologue transmet votre dossier à l’ARDOC où une lecture de vos clichés est effectuée par un second radiologue expert.


Toute mammographie normale est donc systématiquement relue par un second radiologue, seul le dépistage organisé offre cette possibilité.

 Près de 8% des cancers, non décelés lors de la 1ère lecture, sont identifiés grâce à la seconde lecture3.

- L’ARDOC vous adresse ensuite l’ensemble du dossier (radios, comptes rendus). Votre médecin traitant et votre gynécologue sont prévenus du résultat.

- Lorsqu’une anomalie est décelée, le radiologue effectue immédiatement un bilan diagnostique4 (exemple : échographie…) et vous propose de prendre les mesures nécessaires.

 

LA QUALITE AVANT TOUT

Ces différentes pratiques répondent à un cahier des charges5 dont les normes de qualité et de suivi sont très strictes.

- Les radiologues agréés doivent lire au moins 500 mammographies par an.

- Les radiologues habilités à assurer la deuxième lecture s’engagent, dans le cadre d’un accord avec la caisse primaire d’assurance maladie, à lire chaque année au moins 2 000 mammographies.

- Les appareils de radiologie sont contrôlés 2 fois par an et sont soumis à des normes strictes pour une amélioration constante du parc radiologique.

- Ces contrôles sont effectués par des organismes agréés selon les recommandations de l’AFSSPS, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé.

- Les nouvelles avancées technologiques telles que la mammographie numérique sont désormais autorisées dans le cadre du dépistage organisé.

Annexes :

1- L’identification se fait à partir de fichiers de l’Assurance Maladie. Si vous ne désirez pas faire partie de cette action de santé publique, vous ferez connaître votre refus à l’ARDOC, ceci obligatoirement par courrier et de façon explicite, les coordonnées et renseignements vous concernant seront alors supprimés du fichier. La loi n°78-17 du 06 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, vous garantit un droit d’opposition, d’accès et de rectification pour les informations vous concernant. Ce droit d’accès peut être exercé pendant un délai de 1 an auprès de l’ARDOC. Sauf avis contraire, les données concernant le suivi seront transmises au médecin de la structure organisant le dépistage ainsi qu’à la RSCA (Réseau Sentinelle Cancer Auvergne). Le programme RSCA permet d’améliorer l’efficacité du dépistage en transférant électroniquement les informations afin de limiter les envois papier. Le réseau servira par ailleurs à améliorer les enquêtes statistiques et épidémiologiques de santé publique.

2- Voir rubrique : « Où se faire dépister ? »

3- Dossier de presse Institut National du Cancer octobre 2011 - dépistage organisé du cancer du sein

4- Bilan diagnostique : ensemble d’examens complémentaires pour établir un diagnostic (identification de l’anomalie)

5- Cahier des charges publié au Journal Officiel JORF n°295, du 21 décembre 2006